De l’utilité de la psychosomatique en médecine intégrative

Ne regarder le monde que par un trou de souris ?

S’essayer à une compréhension globale du monde, et plus particulièrement de la personne humaine et de la médecine, me paraît plus riche que de se limiter à une seule discipline, si « scientifique » soit-elle. La terre, le monde, les univers connus et inconnus, sont des ensembles en « interrelation », expliquent à juste titre les bouddhistes. Il en va de même pour notre recherche de savoir et de connaissance

Je pense donc que les planètes (en particulier lors de notre naissance) peuvent effectivement avoir une influence décryptable, multifactorielle.

Car de même que les monocultures produisent un environnement appauvri et fragile, c’est dans cette profusion d’influences et d’interactions que réside la spécificité, et la richesse, des forêts d’arbres que nous sommes. Lisez : « La vie secrète des arbres , ce livre magnifique et édifiant, qui parle des hommes autant que des arbres.

Chaque être humain possède une double polarité: une polarité physique et psychique. Elles sont des racines qui nous relient à notre état émotionnel premier. Il est en résonance avec la vibration vitale de l’être. Chaque dissonance physique est reliée à notre inconscient qui cherche à se libérer de sa souffrance inavouable, refoulée. Il permet l’équation cause/effet. Cette souffrance exprimée, ressentie, permet à nouveau la circulation de l’énergie humaine dans sa totalité.  Dans cette approche, il est aussi important de prendre en compte l’âme qui cherche à se dégager des schémas sclérosants de l’histoire personnelle. C’est cette relation harmonieuse qui nous permet de nous tenir dans un état satisfaisant de santé.

Si nous devions illustrer cette notion : la journée est indissociable de la nuit comme la frayeur de l’apaisement. Le médecin ou le nutritionniste propose les ingrédients nécessaires à notre guérison ou à notre cicatrisation. Mais si nous ne prenons pas soin de notre jardin intérieur et de celui que nous partageons avec notre lignée nouse ne saurons en faire bon usage.

Tant que nous n’aurons pas pris le temps de ce soin, tant que nous n’aurons pas été guidés pour le faire et comment le faire, il restera dans notre énergie des plages blanches, des manques, comme des zones arides voire désertiques dans un paysage de rêve. C’est pour commencer à les effacer ou plus humblement à les arroser que le thérapeute psychosomaticien intervient.

Ce dernier devient le trait d’union entre physique et psychisme qui permet de prendre le chemin d’une véritable guérison de son être dans son intégralité.

Au service du transdisciplinaire

Christina Ruiz et ce qu’elle nous propose, individuellement et collectivement peut être ce trait ou ce tracé qui nous permet de mieux saisir notre labyrinthe intérieur. Certains de ses stages avaient d’ailleurs pour titre: « Voyage au centre de mon être »

Je lui laisse la conclusion: « L’expérience et la connaissance s’allient, se renforcent, ouvrent la voie de la transmission par le biais de l’enseignement de disciplines apparemment opposées mais très complémentaires.

La transdisciplinarité est devenue, pour moi et dans ma vie, une évidence ».

Pour la contacter: cabinetconseil@hotmail.fr ou ruiz-cabinet-conseil.com