Le sauna: bon pour le système cardio-vasculaire (coeur, AVC) à certaines conditions

Une nouvelle étude met en avant les bienfaits de ce « bain » de chaleur, suivi par une immersion dans un bac d’eau glacée, pour limiter les risques d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Et, en la matière, c’est l’assiduité qui paye. Parmi les 1 628 Finlandais âgés de plus de 50 ans suivis pendant quinze ans en moyenne, ceux qui se rendaient au sauna quatre à sept fois par semaine ont fait baisser de plus de 60 % leurs risques d’AVC par rapport à ceux qui n’effectuaient qu’une seule séance par semaine ! Et les chercheurs à l’origine de l’étude ont bien travaillé : leurs résultats tiennent compte des autres facteurs de risque d’AVC… À des températures variant entre 80 et 100 °C, le sauna élève la température corporelle, dilate les vaisseaux sanguins et facilite la circulation sanguine. Il a donc un effet hypotenseur qui pourrait expliquer la réduction des risques d’AVC (mais aussi de démence, d’hypertension et de mort par maladie cardio-vasculaire, comme l’ont déjà montré de précédentes études). De plus en plus accessible dans les piscines près de chez vous, il reste néanmoins déconseillé aux personnes ayant récemment fait un infarctus ou souffrant de douleurs thoraciques. Il est également à pratiquer avec prudence lorsque l’on a une tension
artérielle déjà basse. Par ailleurs, il doit toujours être suivi d’un bain ou d’une douche glacée, comme c’est la tradition en Finlande. Le froid donne un coup de fouet à la circulation et a de puissants effets anti-inflammatoires, de plus en plus utilisés en cryothérapie.